table

jeudi 31 décembre 2015

Liga Privada T52 Robusto






 Liga Privada se traduit par assemblage privé et c’est un nom qui convient parfaitement à ce cigare puisque le Liga a été fait spécialement pour l’usage personnel de Jonathan Drew, Marvin Samel, et le reste de la direction de Drew Estate. La tripe est faite de 7 différents tabacs de 7 différentes vallées, et la feuille de cape a mûri minimum 18 mois.






Lors d’un voyage dans le Connecticut pour l’achat d’un ballot de feuilles de cape, nous sommes tombés sur une ferme qui produisait la méthode stalk-cut tobacco et dont le fermier appelait ses feuilles American Habano. Après quelques études, nous avons choisi ce tabac pour la cape de notre nouvelle gamme Liga Privada, le T52 était né.




Ce cigare robusto de 12,7 cm et d’un cepo de 54 a une cape simplement gigantesque de beauté et d’une belle composition, grasse comme il faut et assez sombre, ce qui fait ressortir la bague blanche, dorée et noire. 





On y retrouve en doré les inscriptions LA GRAN FABRICA DREW ESTATE S.A., STALK-CUT HABANO et HECHO EXCLUSIVAMENTE PARA EL JEFE, et en lettres manuscrites et noires Liga Privada T52. Pour compléter la bague, on retrouve sur un fond foncé un carré doré avec à l’intérieur le lion de Drew Estate et T52.




La première fois que j’ai gouté ce cigare lors de la réunion du comité du Club Liégeois des Passionnés de Cigares, je l’avais trouvé très piquant même après un long dégazage et je ne l’avais même pas terminé. Comme je pars du principe que chacun a droit à une seconde chance, c’est pour une nouvelle dégustation de 68 minutes que je me prépare.

Je le coupe délicatement et l’allume avec des allumettes reçues en cadeau lors de l’achat de mon cigare à la Maison Demoulin (Liège). Dès le début, les arômes de terre, d’écurie et de cuir se dégagent et je suis de nouveau agressé par les épices. Mais cette fois cela ne persiste pas et il s’adoucit rapidement. Je continue donc l’exploration de ce terroir nicaraguayen et découvre des saveurs de chocolat noir, de cèdre, d’arabica. Vers le dernier tiers, le poivre noir refait son apparition mais il est cette fois bien adouci par un côté salin qui me permet d’aller au bout de mon voyage, qui fut ma foi assez plaisant.

Cape : Sun Grown American Habano Connecticut
Sous Cape : Mata Fina Brésil

Tripe : Honduras et Nicaragua



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire