table

lundi 16 janvier 2017

Glenmorangie Signet



Cédric m’a encore gâté aujourd’hui avec la dégustation de ce whisky assez rare.




Cette bouteille est présentée dans une belle boîte qui ressemble plus à un coffret dont la face intérieure nous donne des explications sur la vie de la distillerie : la pierre de Cadboll, les fûts, l’eau… C’est ainsi que j’apprends que la douceur fondante et le caractère épicé marqué de Signet proviennent, en partie, du malt d'orge « chocolat » et des fûts fabriqués sur mesure pour Glenmorangie à partir de chêne blanc d'Amérique.

Cédric verse les verres et je commence par sentir celui-ci, oufti Charlie (Johnny Deep) sort de ce verre : le cacao, le chocolat crémeux et le chocolat noir que ma grand-mère faisait fondre sur la cuisinière au charbon. Avec cela, une pointe de menthe et de cannelle. J’ai l’impression que cette dégustation va me plaire.




En bouche, cette sensation de café moka est toujours là avec un petit quelque chose en plus, mais quoi ? Après un moment, je reconnais ce goût, le fameux amaretti di Saronno, biscuit aux amandes.
En final : la finale est longue, il tient en bouche avec de la menthe et des agrumes.
Pour cette petite merveille, il fallait un cigare qui tient la route, j’ai opté pour un Ashton VSG Robusto

Je reviendrai vers ce whisky, il a un prix assez élevé, mais dans ce mélange il y a le plus vieux whisky de chez Glenmorrangie (30 ans).

Prix de vente au moment de l’article : ± 172 euros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire