table

vendredi 17 février 2017

Untamed Robusto




Un cigare pour les amateurs de sensations fortes, voilà comment le fabriquant présente ce module.




Je regarde celui-ci, j’ai une cape assez foncée avec des nervures imposantes, elle est pourvue de deux bagues, une de pied et une au milieu de ma vitole.




Elles sont de couleur noire, or et rouge. Celle du pied reprend Untamed inscrit en travers de 3 éclairs qui me font penser à l’Ultimate Warrior (catcheur de la WWE dans les années 80). Sur la deuxième, on retrouve Untamed, les 3 éclairs, La Aurora (marque de fabrique de ce cigare) et une tête de lion rugissant. Je dois dire que rien que la bague est impressionnante.

Je commence ma dégustation par une coupe et un tirage à froid ; le poivre et le café moka sont déjà présents. Je porte l’allumette au pied et j’ai un allumage facile avec un tirage de bonne qualité.
La combustion est bonne (limite parfaite mais léger problème pour 1 sur 4).




Dès le départ, la puissance est présente sous forme de poivre noir, je retrouve aussi de l’écorce de cèdre et du café strong.




Celle-ci et l’image du lion me plongent directement au cœur du thriller l’ombre et la proie, je revois ces lions majestueux et féroces qui défient V. Kilmer et M. Douglas.

Mon cigare dégage une bonne fumée et le poivre est passé au poivre steak, pour diminuer vers des arômes plus doux comme la cacahuète.  Cela diminue sensiblement la sensation de puissance pour revenir vers du plus connu ; les amateurs comprendront si je dis que j’ai l’impression de passer d’un cigare du Nicaragua à un de Rep. Dominicaine.

Petit à petit, la puissance remonte, le poivre laisse place à quelque chose que je mets un moment à identifier, ma mémoire se met en marche et s’arrête sur le curry rouge.




J’ai aussi une certaine amertume et comme je ne veux pas déjà le déposer, je fais un long dégazage et chose surprenante l’amertume persiste donc elle ne provient pas des gaz. Une inspection de mon cigare me donne, il me semble, la réponse à ce phénomène. Mon cigare est plus serré vers la fin, je dois donc recevoir de la nicotine plus abondante. Soit, je passerai dessus, et continue ma progression dégustative.
Peu de temps après, je dépose un petit mégot dans mon cendrier car je suis rassasié et j’ai eu ma dose de bonnes choses. 




C’est un cigare pour Dark Vador.

Ce cigare a été testé avec une bière Kilkenny et avec un whisky Glendronach 12 ans, les deux se sont bien mariés.

Il fait 12,7 cm pour un cepo de 50.
Cape : Connecticut Broadleaf Maduro.
Sous-Cape : Rep. dominicaine.
Tripe : Rep. Dominicaine et Nicaragua
Prix au moment de la rédaction de l’article : 8,00 euros.
En conclusion : j’ai passé un très bon moment avec ce module et j’en aurai souvent dans ma cave.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire