table

mercredi 24 mai 2017

Sir Roger Moore







Connu pour ses rôles :
D’Ivanhoé (36 épisodes),
De Lord Brett Sinclair (Amicalement vôtre, 24 épisodes)
De Bond, my name is James bond (il en a fait 7 : 1973 : Vivre et laisser mourir (Live and Let Die) de Guy Hamilton, 1974 : L'Homme au pistolet d'or (The Man with the Golden Gun) de Guy Hamilton, 1977 : L'Espion qui m'aimait (The Spy who Loved me) de Lewis Gilbert, 1979 : Moonraker de Lewis Gilbert, 1981 : Rien que pour vos yeux (For Your Eyes Only) de John Glen, 1983 : Octopussy de John Glen, 1985 : Dangereusement vôtre (A View to a Kill) de John Glen),
De Simon Templar, dit le Saint (The Saint) (118 épisodes)

Mais aussi de nombreux films comme :
Les oies sauvages
Les Loups de haute mer
Bons baisers d'Athènes (Escape to Athena)
Le Commando de sa Majesté (The Sea Wolwes) d'Andrew V. McLaglen
L'Équipée du Cannonball (The Cannonball Run) de Hal Needham, Seymour Goldfarb, Jr….




Était aussi connu pour son gout du cigare, il y a d’ailleurs une anecdote à ce sujet sur le tournage des 007 : les producteurs voulaient vraiment se démarquer des Bond précédents. L'idée était de différencier Bond de Sean Connery. Le Bond de Roger Moore : - Ne boit pas de vodka martini mais du bourbon whiskey - Reçoit ses ordres chez lui (comme dans le premier épisode, Dr. No) et non au MI6 - Ne porte pas de chapeau - Ne fume pas de cigarettes mais des cigares (le contrat de Roger Moore lui permettait un accès illimité à des Montecristo roulés à la main, cela coûta à la production plus de 3000 £ de l'époque).




Mais sa plus grande carrière, c’est comme Ambassadeur itinérant de l’UNICEF.
Le 9 août 1991, celui qui allait être anobli par la reine Elisabeth II, acceptait de devenir l’ardant défenseur des enfants.
Il ne savait pas que son travail allait le conduire aux 4 coins du monde et lui valoir des honneurs bien mérités.
En janvier 1999, Roger Moore fut nommé Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (CBE) en reconnaissance de son œuvre humanitaire en faveur de l’UNICEF, et élevé au rang de Chevalier Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (KBE) en juin 2003.
Le 9 octobre 2003, c’est la Reine d’Angleterre en personne qui récompense son espion préféré, il faudra alors le nommer Sir Roger Moore.
Sir Roger a également reçu la Médaille pour Service mondial des Kiwanis en 2001 et s'est vu décerner en février 2003 la Croix du service fédéral allemand par le président Johannes Rau, pour son combat contre la traite des enfants en tant que représentant spécial de l'UNICEF.
Sir Roger a reçu le Prix Dag Hammarskjöld Inspiration lors du 46eme déjeuner annuel du Dag Hammarskjöld Scholarship Fund for Journalists (Fonds de financement de bourses pour des journalistes) en octobre 2007. 
En 2008, il a été fait Commandeur dans l'ordre national des Arts et des Lettres par la Ministre française de la Culture Christine Albanel.

Enseignez l'amour, la générosité, les bonnes manières et un peu de tout cela passera de la salle de classe à la maison où, qui sait, les enfants instruiront leurs parents. Reconnaissons-le, les enfants qui agissent ainsi sont l'espoir de demain - Roger Moore.

Sir Roger Moore est aussi devenu ambassadeur de Dosell, un distributeur de médicaments pour les soins à la maison. Pour lui qui avait attrapé un cancer, il était primordial de pouvoir rester le plus longtemps possible à la maison, c’est pour cela qu’il était heureux de collaborer avec Dossel, le produit est équipé d'un moteur et d'une horloge qui permet d'automatiser la distribution de comprimés à des temps préétablis. Il envoie également des signaux sonores et lumineux qui rappellent aux patients de prendre leurs médicaments.
Un autre grand combat de Sir Roger était d’interdire les animaux dans les cirques.
Pour les animaux sauvages, vivre dans un cirque est comme être emprisonné chez le Dr. No, il a d’ailleurs, comme résident du Rocher, interpellé plusieurs fois le prince Albert à ce sujet.




Je terminerai par dire que s’il buvait des whiskys dans ses rôles de James Bond, il y trempait surtout les lèvres contrairement à Sir Sean Connery, le whiskey Jim Beam, qui lui reprochait son manque de virilité, a fait une campagne publicitaire en disant qu’il n’y avait jamais qu’un original (leur bourbon et Sean Connery).

Ce résident suisse, s’est éteint le 23 mai 2017 à Crans-Montana en Suisse 
D'autres photos sur le groupe Facebook 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire