table

mercredi 5 juillet 2017

La Preferida Robusto



C’est il y a un moment que j’ai eu la chance de tester son petit frère le petit robusto, mais ce soir je m’attaque au robusto. Le hasard a voulu que je sois de passage chez Dekelle Cigars quand ses patrons ont reçu le colis avec les nouvelles vitoles de Didier Houvenaghel & A.J. Fernández.

Pour ce qui est de la bague et de sa description, je vous invite à (re)lire l’article sur La Preferida Petit Robusto. Juste une remarque au niveau de la boite, je suis meurtri par celle-ci car Didier, comme beaucoup d’experts en cigares, attache une grande importance au design qui va entourer ses créations et je me retrouve devant une superbe boite avec une belle mise en évidence de la femme, le tout gâché par un putain d’autocollant qui à mes yeux ne sert à rien (je parle bien sûr du fameux Fumer…). Quel manque de respect du travail des artistes qui se coupent en quatre pour embellir notre moment de plaisir.




J’ai une cape assez sombre, avec de belles nervures. Le tirage à cru me donne déjà des sensations d’épicé et d’un tirage qui sera ample sans être trop facile.
Je l’allume et comme pour le petit frérot, je suis envahi de poivre rouge qui donne une rondeur en bouche, celui-ci est accompagné par des sensations de chêne.
Ce mélange ne peut que me faire décoller, et je vagabonde vers un site celtique. Le feu sacré brule à l’ouest et je suis à la porte du nord. Tout dans mon cigare m’encourage à me rapprocher du feu sacré et d’en devenir le gardien la durée de ma dégustation.




J’accompagne mon cigare d’une bière Hopus, celle-ci avec son amertume accompagne parfaitement le Feu qui émane de mon cigare et son côté désaltérant adouci la sensation de brulure dans la bouche.
Attention ne vous méprenez pas, cette sensation n’est pas gênante ou désagréable disons que c’est juste un cigare qu’on pourrait nommer de costaud.
Comme cela est souvent le cas dans les cigares du Nicaragua, le poivre rouge diminue (petite remarque : il reste bien rouge, mais est moins présent en densité), cette atténuation laisse le champ libre pour la fougère et le café crème.
Je suis toujours en balade, comme si on avait arrêté le temps et pourtant je dois revenir dans le monde de la nécessité et déposer mon mégot qui une fois de plus mérite franchement de mourir de sa belle mort.
Quelle belle aventure !

J’ai un cigare robusto de 12.7 cm pour un cepo de 52

Cape : Equateur (Habano Colorado)
Sous-cape : Mexique
Tripe : Nicaragua


En conclusion : j’aurais peut-être reproché au petit d’être un peu court dans la durée tellement il me plaisait mais avec ses 2 cm de plus, le robusto est vraiment à mes yeux un cigare complet dans ce que je recherche. Epice, douceur, voyage, belle fumée étaient au rendez-vous. Je ne peux que vous recommander de foncer dans votre civette pour vous en procurer et faire votre propre opinion. Je le déconseille quand même aux débutants.

Le prix de ce cigare au moment de la rédaction de l’article est de 11.90 euros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire