table

jeudi 5 octobre 2017

Larutan Root

Drew Estate





Une nouveauté sur notre marché et quelle nouveauté puisqu’il s’agit du premier cigare fait main aromatisé : la gamme Larutan en comporte plusieurs mais ce root est aromatisé moka cappuccino.

Assez surprenant mais quand on sait que les cigares machines aromatisés sont sur le marché depuis 15 ans et que maintenant ils sont devenus n°1 de la vente mondiale, je me dis, pourquoi pas ? Je sais que la majorité d’entre nous fument pour avoir le goût du tabac en bouche mais peut être que certains fumeurs vont être attirés par cette saveur particulière. Le procédé est assez flou sur le net, je pencherai d’après mes lectures plus vers une infusion de l’arôme qu’une injection.

La dégustation de ce soir sera faite conjointement par mon ami Angelo S. ainsi vous serez gâtés chers lecteurs puisque vous aurez deux avis cette fois.
Allez go pour le test. Le design de la boite ainsi que de la bague ressemblent étrangement à la gamme Natural, c’est normal puisque le blend de mon cigare est identique au Natural, on y a juste ajouté l’arôme. Et vous aurez compris que Larutan est le mot anacyclique de Natural.


larutan root


J’ai une cape qui est dotée de deux bagues, la première est de couleurs rouge, noir, blanc et or. On y retrouve en lettres blanches LARUTAN, ce mot repose sur une grande feuille dorée, dessous on retrouve drew estate. Et enfin le bas de la bague reprend sur fond noir et toujours en lettres dorées : HANDMADE, ESTELI, Nicaragua.
La bague de pied est dans les mêmes couleurs et on y retrouve l’inscription ROOT.


larutan root


Le pied de mon cigare a aussi une particularité puisqu’il est wild, donc il n’est pas coupé net, les feuilles sont légèrement en vrac.
Une petite coupe et en route vers une nouvelle sensation : à froid déjà j’ai une impression de café crémeux et de terre riche.
L’allumage se fait normalement et le tirage est bon.
Une fumée dense se dégage de mon cigare et je pense que je vais passer un très bon moment car tout se prête pour un décollage immédiat, mais pour cela il aurait fallu passer au-dessus de cette … de vanille. Elle est omniprésente et recouvre toutes les autres saveurs, même si par de très faibles moments je retrouve le café, le cèdre. Pour le reste au secours, je suis gavé de vanille (dans l'arôme moka cappuccino, la crème prend vraiment le dessus)
Je dois me faire violence pour aller à la fin de ma dégustation.

J’ai un cigare de 12.7 cm pour un cepo de 55

Cape : Cameron Maduro
Sous-cape : Nicaragua Esteli
Tripe : Haiti, Syrie, Mexique, St James Parish (Louisiane), Turquie et Nicaragua

En conclusion : je n’ai rien à redire sur ce cigare concernant la finition ou le tirage ou encore la combustion : tout était parfait lors des tests.  Par contre personnellement ce que je recherche dans un cigare c’est l’odeur du tabac, le goût de la feuille qui se consume lentement, les sensations qui me rappellent des souvenirs… et en plus je déteste tout ce qui a trop de vanille. Donc pour ma part cela restera un one shoot.




Les conclusions d’Angelo : c’est un cigare qui te rend schizophrène... d’un côté le cigare est assez équilibré et on sent bien les terroirs qui le composent, force moyenne 6, tirage régulier...me fait penser au Fire Cured le côté fumé en moins... mais d’un autre côté même si au début le goût vanille est surprenant mais ne prend pas encore le dessus, à la longue on ne goûte plus que la vanille... ce qui pour moi était trop. Je me suis même dit « bon! Quand est-ce que le cigare se termine? »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire